5 mars 2016

Contes du jour et de la nuit - Maupassant

Contes du jour et de la nuit de Guy de Maupassant
France

Édité pour la première fois en 1885 par Marpon-Flammarion, collection La Bibliothèque illustrée

Disponible chez Le Livre de Poche - 3,60 €

En 1884, lorsqu'il publie les Contes, Maupassant est devenu un homme riche et un auteur comblé. Mais il n'a rien perdu de l'agressivité qui lui faisait naguère écrire à Flaubert : « Je trouve que 93 a été doux... Il faut supprimer les classes dirigeantes aujourd'hui comme alors, et noyer les beaux messieurs crétins avec les belles dames catins. » 
Il n'y a pas que des crétins et des catins dans les Contes. Il y a aussi un ivrogne, un lâche, un parricide (qui a d'ailleurs toutes les raisons de l'être), quelques cocus, quelques farces de haute graisse, une superbe histoire corse (La Vendetta). Et même des honnêtes gens et un couple heureux. 


Je laisse aujourd'hui la parole à un ami qui a souhaité apporter sa contribution à La Ronde des Livres. Voici une rapide présentation, rédigée par ses soins :
« Salut à tous, je m'appelle Marc, j'ai 18 ans et je suis étudiant en Lettres. Je lis principalement de la Fantasy et de la Science Fiction parce que ce sont des genres qui me passionnent, mais je peux être amené à lire d'autres genres, ou d'autres livres plus classiques. Bonnes lectures ! »

Tout d'abord, je voudrais vous dire que les deux parties du recueil ne sont pas là par hasard. Je pense qu'elles servent à montrer une sorte de progression de la nouvelle la plus « heureuse », jusqu'aux nouvelles les plus sombres de la deuxième partie.

Je vais donc vous parler de quelques nouvelles de façon générale en essayant de ne pas vous gâcher votre lecture.
C'est parti !

  • Le Crime au père Boniface, la première nouvelle, et assurément la plus « heureuse » une histoire de crime qui finit sur un ton très grivois, je l'ai trouvée très drôle et très rafraîchissante.
  • La Parure montre que les petits bourgeois du XIXe siècle ont bien des problèmes, surtout ceux qui ont soif de l'idéal aristocratique, de leur richesse et de leur train de vie. Elle finit également sur une note plutôt atroce, je trouve.
  • L'Ivrogne, avec une histoire horrible de boisson, marque l'entrée du recueil dans la deuxième partie, avec des récits sanglants et macabres.
  • Le Parricide est une des nouvelles les plus intéressantes selon moi. L'histoire d'un orphelin abandonné qui commet un crime. Je vous conseille de bien lire la dernière phrase de la nouvelle, parce qu'elles vous aidera à comprendre la portée de celle ci.
  • Tombouctou. Pendant la guerre contre la Prusse, un gradé français rencontre un Noir. L'accent est encore une fois très bien repris à l'écrit, et on se rend compte que cela pourrait vraiment poser problème aujourd'hui. Mais sinon cette nouvelle est vraiment intéressante, et peut prêter à rire.
  • Histoire Vraie. L'amour est vraiment malmené dans ce recueil. La société paysanne aussi.
  • Adieu. Quand on se rend compte qu'on a vieilli, que l'on est plus le même, et que ceux qui nous entourent ont changé aussi, on voit à quel point le temps peut faire des ravages. Encore une nouvelle qui a ton très morose selon moi. 

Ayant eu à livre ce livre pour un cours, j'ai été agréablement surpris par le coté très divertissant des nouvelles.

Les récits sont très pittoresques, avec beaucoup d'oralité (notamment avec l'accent paysan qui est transcrit à l'écrit avec précision, tout comme les accents étrangers). C'est ce qui fait plus ou moins le charme de Maupassant ; il arrive à nous faire croire à l'existence de ses personnages avec de l'humour, mais surtout des histoires touchantes et cruelles, avec des personnages souvent innocents ou sans histoire qui sont frappés (parfois au sens propre du terme) par les maux de la vie et de leur société. Les descriptions employées nous font vraiment miroiter les différents environnements dans lesquels se déroulent les nouvelles, sont assez précises et travaillées sans être trop longues.

Pour conclure, ce recueil est vraiment intéressant à lire, parce qu'on a là le Maupassant qui sait ce qu'il raconte, et qui se sert vraiment de ce qu'il a à sa disposition pour le faire et ravir ses lecteurs, les attrister, leur faire peur... Bref, il sait nous faire ressentir son texte, et nous divertit.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Entrez dans la Ronde... n'hésitez pas à laisser un petit commentaire, je suis toujours ravie de vous lire !