10 mars 2016

Alice au pays des merveilles - Lewis Caroll

Alice au pays des merveilles de Lewis Caroll
UK 1865 - Alice's Adventures in Wonderland

Édité pour la première fois en 1865

Disponible notamment dans la collection « Folio Junior - Textes classiques » - 4,80 €

La petite Alice s'ennuie, assise dans l'herbe... Quand un Lapin Blanc passe en marmonnant devant elle, Alice le poursuit jusque dans son terrier. Sa chute l'entraîne au centre de la Terre, où elle fait d'étranges rencontres : un Chat qui sourit, un Loir qui boit du thé, et une horrible Reine bien décidée à couper la tête de tout le monde...Le chef-d'oeuvre incontesté de l'absurde et de l'humour loufoque.





Je laisse aujourd'hui la parole à un ami qui a souhaité apporter sa contribution à La Ronde des Livres. Voici une rapide présentation, rédigée par ses soins :
« Salut à tous, je m'appelle Marc, j'ai 18 ans et je suis étudiant en Lettres. Je lis principalement de la Fantasy et de la Science Fiction parce que ce sont des genres qui me passionnent, mais je peux être amené à lire d'autres genres, ou d'autres livres plus classiques. Bonnes lectures ! »

Ce livre est extrêmement célèbre, et a été réédité plusieurs fois, fort de son succès auprès de tous les publics.
L'histoire est celle d'une jeune fille britannique à la fin du XIXème, Alice, qui se retrouve dans un monde étrange, le Pays des Merveilles après avoir suivi un lapin en retard...

Nouvelle édition chez Castor Poche
Dans les rencontres et les aventures vécues par Alice, on voit combien le Pays des Merveilles se joue de la logique et du bon sens. On trouve notamment des éléments de merveilleux qui sont des classiques des contes, avec l'omniprésence d'animaux qui parlent, mais qui sont employés de façon extrêmement peu conventionnelle. Ils malmènent tous Alice à leur façon, et ne l'aidant pas forcément, avec par exemple la Chenille qui met longtemps à lui expliquer comment elle peut retrouver sa taille normale et qui la traite de « sotte » !
Il y a aussi une présence de l'absurde qui peut prêter à rire avec certaines répliques et situations, comme quand Alice rencontre le Lièvre de Mars, le Chapelier Fou et le Loir alors qu'ils prennent le thé, et que le Lièvre de Mars lui propose du vin alors qu'il n'y en a nulle part à leur table... Il y a aussi le personnage de la Reine de Cœur qui veut couper la tête de quiconque la dérange, et qui finit par monter un procès à propos d'un vol de tartes, ce qui est totalement disproportionné


Ill. Benjamin Lacombe
Alice se retrouve aussi dans des situations très étranges. Par exemple, la partie de croquet avec des cygnes pour clubs et des hérissons pour boules est totalement désordonnée, ou lorsqu'on lui apprend à danser le « quadrille des homards ». Ces situations sont pour la plupart assez uniques en leur genre, et nous permettent de découvrir un monde différent des contes classiques, comportant beaucoup de mystères...



La galerie de personnages que rencontre Alice est très plaisante à découvrir, avec son lot de figures drôles, mystérieuses, parfois effrayantes… Ils ont tous leur intérêt et une certaine forme de bizarrerie, avec par exemple le Lapin Blanc qui semble perpétuellement pressé, la Chenille qui fume un calumet, le Chapelier Fou qui passe sa vie à prendre le thé... Ces personnages sont très loin des animaux merveilleux porteurs de pouvoirs magiques qui aident le héros de conte dans sa quête. Ici, ils font se poser des questions à Alice sur son état mental, lui disant même qu'elle est « chez les fous »

Ill. Rebecca Dautremer
Alice en elle même est aussi un personnage très intéressant. Elle est d'abord excitée à l'idée de partir à l'aventure dans le Pays des Merveilles, mais elle se rend bien vite compte que le monde dans lequel elle se retrouve est régi par d'autres règles que celui dans lequel elle vit.
Elle reste polie et courtoise en toutes occasions, même lorsqu'elle est malmenée par les autres personnages qu'elle écoute longuement, parfois jusqu'à s'en lasser elle même. Cela ne l'empêche pas d'être très directe, et donc de commettre des impairs qui peuvent être hilarants pour le lecteur, notamment lorsqu'elle mentionne plusieurs fois sa chatte devant un public constitué d'animaux chassés par les chats.

On peut aussi dire que tous les enjeux du roman résident dans le personnage d'Alice et dans les déboires qu'elle a au Pays des Merveilles.


Le manque de lien entre les chapitres qui s'enchaînent sans logique montrent qu'il n'y a pas de fil directeur dans le livre : Alice est arrivée dans ce monde par curiosité, et n'a rien d'autre à faire que l'explorer et dialoguer avec ses habitants. Elle n'a pas de monde à sauver, de quête à accomplir, et les personnages qu'elle rencontre non plus. Le Chapelier parle d'un problème avec le Temps, mais il ne parle de la façon dont ce problème pourrait être résolu. Cela est visible aussi par le fait que la narration soit décousue. Certains chapitres ont des liens (par exemple les chapitres 1,2 et 3 où l'action est liée par une série d'événements connectés), mais globalement, la narration en elle même n'a pas de fil conducteur, seule Alice et ses aventures constituent le récit.

Ill. John Tenniel

Les enjeux se concentrent donc dans Alice, qui finit par se croire folle dans ce monde qu'elle ne parvient pas à comprendre, demandant à la Chenille qui elle est lorsqu'elle la rencontre et refusant de croire le Chat du Cheshire lorsqu'il lui dit « si tu n'étais pas folle, alors tu ne serais pas ici ». Elle finit par douter sa raison alors qu'elle semble être la seule à en posséder dans le monde où elle a atterri.

Le style de Lewis Carroll plutôt accessible et plaisant à lire, avec des références à des poèmes anglais contemporains de l'auteur, et aussi au système éducatif anglais de l'époque qui est quelque peu moqué.


Ill. John Tenniel

Le contexte d'écriture de l’œuvre, quant à lui, est assez drôle, quand on y pense. L'histoire d'Alice au pays des merveilles est à l'origine une histoire que l'auteur a raconté à une fillette de dix ans, Alice Liddell lors d'une promenade sur une rivière. L'histoire lui a plu, et elle lui a demandé de l'écrire. C'est comme ça que Charles Dogson (véritable nom de Lewis Carroll), décide de faire publier son livre, qui connaîtra et connaît toujours un grand succès.

Ce même livre a été illustré par un certain John Tenniel, et ses illustrations contribuent vraiment à l'atmosphère du livre. Elle nous transportent au pays des merveilles et nous permettent d'observer ses habitants qui conversent avec Alice, et de voir l'étrangeté des personnages, avec par exemple celle du chat du Cheshire, où l'on peut voir son fameux « sourire ».

Pour finir, je dirai qu'Alice au pays des merveilles est vraiment très intéressant à lire. Si l'univers vous intéresse, il a été adapté de nombreuses fois au cinéma avec notamment le film de Tim Burton (2010), ou encore en jeux vidéo avec American McGee's Alice et sa célèbre suite, Alice Madness Returns.

Alice Madness Returns

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Entrez dans la Ronde... n'hésitez pas à laisser un petit commentaire, je suis toujours ravie de vous lire !