16 juil. 2018

Booktube et la Blogo en Livre - La Cité sans nom


Ça fait maintenant 4 ans qu'une super équipe de blogeur·euses et booktuber·euses participe à Partir en livre, la grande fête de la littérature jeunesse. Jusqu'à la fin du mois de juillet, nous nous succédons sur nos différents blogs et chaînes pour te faire découvrir de très bons livres jeunesse. L'an passé, je t'avais parlé d'un album plein d'ornithorynques, cette année j'innove en te présentant une BD !

Kaidu est un jeune garçon qui vient de commencer son apprentissage de soldat dans la Cité sans nom. Il fait partie du peuple Dao, d'anciens envahisseurs qui contarôlent désormais toute la ville. La Cité est en proie à plusieurs conflits internes car chacun des peuples qui l'habitent la revendique. La paix est fragile, très fragile.

« Demande à dix personnes de différentes nations de te donner le nom de la cité et tu auras dix réponses différentes.
Celui qui conquiert la cité la rebaptise aussitôt. Et comme la cité est très importante (c’est le seul accès à l’océan à travers les montagnes) elle a toujours fait l’objet de toutes les convoitises.
»

Kaidu vit très mal son entraînement et préfère parcourir les rues de cette ville immense et passionnante. Il fait rapidement la connaissance de Rate, une fille des rues, qui lui apprend à se débrouiller par lui-même. Elle va surtout lui ouvrir les yeux sur la situation catastrophique dans laquelle est embourbée la ville : si les Dao sont bien à l'abri au palais, les autres peuples meurent de faim dans les rues, sans que personne ne se soucie d'eux. Ces fortes disparités cultivent un sentiment de haine grandissant... qui pourrait aboutir à une fin meurtrière.



La Cité sans nom est une BD qu'on a envie de mettre entre les mains de tous les mômes, pour peu qu'ils aient envie d'une grande aventure dans laquelle se plonger. Son univers riche offre quantité de perspectives ; déjà, l'absence de nom de la Cité est toute une histoire. Ses envahisseurs la baptisent tour à tour Daidu, Yanjing, Monkh ou Dandao, seuls les natifs refusent de la nommer pour se distinguer de ces peuples étrangers. Ensuite, les inspirations de l'autrice / illustratrice prennent racine dans l'architecture de la Chine médiévale. Même si l'histoire se passe dans un monde inventé, c'est un plaisir de se plonger dans ces rues qui paraissent authentiques, toutes tortueuses et pleines de cachettes possibles. Et pour finir, la relation entre Kaidu et Rate est touchante. Si au début la jeune fille se méfait du Dao et de tout ce qu'il représentait - une caste dominante, ignorante de la vie des rues - elle va peu à peu l'accepter pour nouer une solide amitié avec lui. Leurs aventures sont servies par un dessin simple, dynamique, où l'action occupe une place de choix. 

Je suis particulièrement attachée à cette BD (la première d'une trilogie !) car c'est le premier coup de cœur que j'ai pu défendre en librairie. J'étais alors en stage et c'était devenu ma « mission » de vendre La Cité sans nom. C'est à ce moment que je me suis rendue compte de l'impact des conseils d'un·e libraire, de la confiance que nous accordent les client·es... Grisant ! La sortie du tome 2 en avril dernier m'a remplie de joie ; quel plaisir de retrouver Kaidu, Rate, leur amitié et cette Cité si fascinante ! Encore une petite année de patience pour avoir le troisième et dernier tome... En attendant, tu peux foncer découvrir les deux déjà sortis et les filer aux enfants autour de toi pour qu'ils passent un super moment de lecture.


Et pour continuer de découvrir de supers ouvrages jeunesse, tu peux foncer dès demain sur la chaîne de Marine's books !

La Cité sans nom de Faith Erin Hicks • Canada The Nameless City 2016 • Traduction de Fanny Soubiran Rue de Sèvres • 16 € • 230 pages • avril 2017 pour le T1 et avril 2018 pour le T2

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Lâche un com's, comme disent les jeunes branchés de 2010