24 janv. 2019

Organiser le lancement d'un livre en librairie - L'exemple de La Dernière marée

Ouhla, mais c'est qu'il commençait à y avoir de l'écho sur ce blog ! Aucun article depuis septembre, les 7 ans de La Ronde des Livres oubliés... Ce n'est pas sérieux tout ça. Je le conçois. Il est temps de se reprendre en main ! Je profite du blog-tour organisé par les éditions Talents Hauts à l'occasion de la sortie du premier roman d'Aylin Manço La Dernière marée pour vous proposer un nouvel article. Je vais vous raconter une petite histoire...


La Dernière marée en bonne compagnie dans la vitrine jeunesse !
Tout a commencé quand j'ai accepté de participer au blog-tour organisé par Tom, apprenti aux éditions Talents Hauts, pour mettre en avant leur nouveauté ado publiée en janvier prochain. Nous étions en octobre, et ce n'est qu'en décembre, à l'occasion du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil (le SLPJ, tmtc), que j'ai réellement commencé à m'intéresser à La Dernière marée. Premièrement, parce que j'ai rencontré son autrice, Aylin Manço, à l'occasion d'une soirée organisée par le jumeau maléfique de Tom le samedi du SLPJ. Deuxièmement, parce que j'ai reçu dans la foulée mon service de presse du bouquin et qu'il était plus que temps que je mette mon nez dedans. Et, enfin, parce que je suis libraire et que je ne décroche vraiment jamais du taf. Ouais, je sais, c'est pas bien. Mais que voulez-vous, je fais un métier de passion. Je lis des livres en dehors de mes heures de boulot certes pour mon plaisir personnel, mais toujours dans l'objectif de trouver des arguments pour les vendre par la suite. Les trois quarts de mes amis sont dans le monde du livre. Et quand je fais des soirées avec le quart restant, le fait de dire que je suis libraire est un excellent moyen d'attirer l'attention sur moi.

Enfin bref, tout ça pour dire que j'ai beau séparer l'activité de mon blog de mon travail, les deux finissent toujours pas se retrouver. C'est comme ça qu'en échangeant des mails avec Talents Hauts pour l'organisation du blog-tour, j'en suis venue à suggérer l'idée de faire le lancement de La Dernière marée dans ma librairie. Mes collègues m'ont soutenus et on a joué la carte des réseaux sociaux pour intéresser les gens : de son côté, Aylin a fait venir sa famille et ses amis, du mien j'ai ramené un public de professionnels du monde du livre que je connais par stories interposées ou par réseautage de libraire. Le bouche à oreille virtuel fonctionne ainsi vraiment bien.

Parler avec les mains, la base
Le public est présent, ça y est, mais maintenant il s'agit d'animer ce lancement ! La super équipe de Talents Hauts s'est chargée de nous créer une affiche pour annoncer la soirée et, le jour J, elle est arrivée les bras chargés de vin et de quoi organiser un bon apéritif. Leur relation libraire nous a accompagné pendant toute l'organisation et avec Aylin, nous avons préparé en amont le déroulement de la rencontre. Rien de bien original : présentation, moment de questions - réponses, lecture puis dédicace, soyons efficaces. J'avoue que trouver les questions m'a bien pris la tête. La Dernière marée est un livre où rien n'est laissé au hasard. Les symboliques sont nombreuses, mais trop en révéler gâcherait l'histoire au public qui ne connait pas encore le texte. Je suis donc restée sur des questions simples, comme la traditionnelle "d'où t'es venue l'idée de ce roman", ou encore des interrogations quant à la construction de certains personnages. Et puis, lors de la soirée, comme la discussion avec Aylin prenant bien, je me suis laissée aller hors du plan organisé que j'avais prévu et abordé d'autres thèmes comme l'ambiance de fin du monde du livre, le fait d'écrire pour les adolescents, etc. On se laisse porter et tout se déroule naturellement.

Bilan de cette première organisation du lancement d'un premier roman ? Il n'est pas nécessaire de paniquer. Jamais on n'est seul quand on prépare un événement de la sorte ; les collègues sont là, la maison d'édition est là, l'angoisse est là mais on l'oublie. Il appartient au libraire de montrer que tout se passe bien et que tout est sous contrôle. L'auteur ou l'autrice invité•e est de toute manière certainement bien plus stressé•e que soi ! Aussi, il vaut mieux lire deux ou trois fois le livre présenté, une première fois pour découvrir l'histoire et les suivantes en décortiquant tous les thèmes présents. Mon exemplaire est plein de pages cornées et de coups de crayon à papier dans les marges. C'est tellement utile ensuite pour trouver des questions ! Ah, et n'oublie pas de commander les bouquins pour la rencontre, hein, même s'il est compliqué d'évaluer l'affluence que va provoquer un tel événement. Il y avait une quarantaine de personnes pour le lancement de La Dernière marée et une bonne moitié a acheté un exemplaire. Soirée réussie. Vivement la prochaine !

Merci à Aylin, la star de la soirée et « nouveau talent de la littérature ado », à toute l'équipe de Talents Hauts et de ma librairie, ainsi qu'à tous ceux qui ont répondu présent pour le lancement !


Rendz-vous demain sur le blog de La Mare aux Mots pour la conclusion du blog-tour !

2 commentaires:

  1. Je trouve l'idée du blog-tour très sympa. Je trouve aussi très bien de mettre en avant des livres de cette chouette maison d'édition. Je ne connais trop bien l'addiction livresques des libraires et il est tout à fait normal que tu sois dépendante^^, c'est une bonne addiction (sauf pour le porte-monnaie). Bises

    RépondreSupprimer
  2. Ce devait être super bien ce lancement, bravo pour l'organisation ce ne devait pas être évident !! Chouette idée cette manière de lancer le roman, tu m'intrigues du coup aha :D

    RépondreSupprimer

Lâche un com's, comme disent les jeunes branchés de 2010