12 sept. 2015

Les Défis Pelucheux #5 - Les vacances

  
L'histoire des Défis Pelucheux

Deux mascottes rivales se lancent l'une à l'autre chaque mois deux défis (lecture et autre). Alex, du blog Lavoixudlivre se servira de Tom pour défier Teddy qui m'utilisera dans cette impitoyable bataille. Le dénouement n'aura lieu qu'à la fin de l'année.





Durant le mois d'août, j'ai dû faire chauffer mes méninges et ma plume afin de relever le défi de Tom et Alex qui était le suivant : 
Lucille doit écrire 5 cartes postales qu'elle enverra à cinq amis (Jolène, Iris, Amélie, Nathan et moi !). La contrainte ? Les écrire à la façon de personnages de romans... Bien sûr, il faudra aussi les poster sur ton blog, Lucille !

Toutes les cartes sont arrivées à destination, c'est donc l'heure de vous présenter la correspondance imaginaire de ces personnages (attention, certaines peuvent contenir des spoilers sur l'intrigue des romans)...


Lettre de l'Aviateur à Jolène

Jolène, 
Je t'écris depuis le désert du Sahara, où il m'est arrivée une folle aventure, laisse-moi de la conter. Libre à toi de la croire ou non...
J'étais perdu dans cette grande étendue de sable et je pense que j'y serais mort si ce drôle de petit bonhomme ne m'avait pas trouvé; Il m'a tiré de ma torpeur avec son air rêveur et ses demandes invraisemblables. Ce petit bonhomme en question, je l'ai surnommé le Petit Prince.
Est-ce un enfant ? Un adulte dans un corps d'enfant ? Ou bien est-ce un mirage que mon esprit esseulé a inventé ? Je ne le saurais sans doute jamais. Mais il m'a véritablement sauvé la vie. Tout d'abord, il m'a demandé de lui dessiner un mouton. Quelle idée ! Mais je me suis exécuté. Après plusieurs tentatives - mes dessins ne lui plaisaient pas - je lui ai finalement croqué une caisse en bois en lui disant que son mouton était dedans. Surprise, il était ravi ! Il m'a ensuite confié qu'il avait besoin de ce mouton pour que celui-ci mange les pousses de baobab de sa petite planète. De plus, il devait trouver rapidement un moyen de regagner cette planète pour retourner s'occuper de sa Rose...
Pardonne mon interruption, mais le vent souffle fort ici... Je vois à peine les mots que je trace. Où en étais-je ?
Le Petit Prince était déterminé à rejoindre sa Rose. Il était lié à elle, comme un prisonnier lié à ses chaînes. Il avait beau tenter de s'éloigner, elle revenait sanas cesse dans son esprit. Vénéneuse et Amoureuse, voilà ce qu'elle était. Le Petit Prince devait trouver un moyen de la revoir... Et il en a trouvé un... Oh, Jolène, quel terrible chemin mon petit bonhomme a emprunté... Mais je suis certain qu'aujourd'hui il a retrouvé sa Rose fans l'infini des Etoiles ! Son esprit rit dans le scintillement de la  nuit et je sais qu'il est désormais apaisé. 
Voilà donc mon histoire. Un prince sans royaume, avec une Rose à retrouver et un mouton à dresser. Et encore, je ne t'ai pas tout raconté ! Le Petit Prince m'a confié les récits de ses voyages à travers le cosmos... Je te les conterai bientôt...
Prends soin de toi, chère enfant. Je t'embrasse, 
Ton oncle l'Aviateur


Lettre de Helen Dormann à Iris

Chère Iris, 
Ma main tremble en écrivant ces mots. J'espère que cette lettre te parviendra. Depuis la Libération, c'est la folie, mais une bonne folie, une folie heureuse et euphorique. Depuis que la Phalange est tombée, un vent de liberté souffle sur nos vies. 
Oh, Iris ! Es-tu toujours dans notre orphelinat ? J'ignore s'ils vous ont laissé partir. Mais j'espère de tout mon cœur que tu vas bien.
Nous nous sommes échappées avec Milena... j'ai l'impression que c'était il y a des siècles de cela ! Depuis cette fugue, j'ai tellement changé, grandi. J'ai connu le froid, la faim, la peur, le désarroi... mais j'ai surtout connu l'amour.
Il s'appelle s'appelait Milos. Il est était beau, courageux et intrépide. Il s'était enfui avec un de ses camarades d'orphelinat, Bartolomeo, qui lui a ravi le cœur de notre Milena. Milos et moi avons fuit des monstres, nous nous sommes cachés ensemble, nous avons espéré ensemble, nous nous sommes surtout aimés. C'était notre histoire, brève comme un soupir, mais intense comme un brasier. Nous étions comme invincibles, heureux et amoureux. 
Mais la vie est cruelle, le destin également. Randis que la liberté gagnait les portes de la ville, rêve devenant réalité, Milos m'a été arraché. La Libération a sonné au même moment que sa mort.
L'allégresse ambiante ne m'atteint pas. La liberté c'est le prix de mon amour sauvagement arraché. Milos repose désormais avec les héros de la révolte, mais bien peu l'on connu. Mais son souvenir reste gravé en moi.
Je voulais t'écrire pour que Milos revive un instant sous la mine de mon crayon. Je te souhaite de connaître un jour ton Milos à toi, ma chère Iris. Je t'embrasse. Courage, 
Helen Dormann


Lettre du Serpent à Amélie

Salutations, sensible Amélie,
Je suis la sentinelle du Sahara, savourant l'ensorcellement de mes centaines victimes.
Suivant le souvenir de ce surprenant Prince, je viens à ta personne pour soumettre quelques pensées.
Suicide est une expression sordide qu'on met en sourdine lorsqu'on susurre l'histoire de ce Prince. Selon moi, c'est certainement l'essentiel du récit. Ce Prince sans peur était sensiblement assuré de son funeste destin et il l'a accepté sans s'opposer. Mon splendide venin des sables l'a surpris certes, mais il lui a permis saut spatial invraisemblable et retrouvailles sensationnelles.
Alors, suis-je l'effroyable serpent du Sahara ou le libérateur insensé de l'esseulé Prince ? A toi de le décider sous peu.
Savoure tes pensées, quant à moi, ton serpent de serviteur, je disparais dans un souffle de sable.
Le Serpent


Lettre de Tobie Lolness à Nathan

Géant Nathan,
J'espère que tu pourras déchiffrer mes mots. Je t'écris avec une plume de duvet d'oisillon coupée et recoupée afin qu'elle tienne entre mes doigts. Parfois, j'envie mon père qui sait tailler un crayon dans une écharde de bois ! C'est bien le seul outil qu'il sait manipuler à la perfection. Aujourd'hui, ses mots de scientifique sont devenus des mots de conteur. Son plus grand plaisir est de murmurer des histoires à l'oreille de notre enfant, à Elisha et moi. Ses yeux s'ouvrent en grand, émerveillées, tandis que mon père - son grand-père - invente de folles aventures. Leur complicité est magique. Peut-être nous as-tu vu, Nathan ? Nous vivons dans les Basses Branches, près du Lac, dans notre nid d'amour, Elisha, notre enfant et moi. Viens te pencher sur l'écorce de l'Arbre et adresse-nous un signe. Nous t'attendons!
Tobie Lolness


Lettre de Hazel Grance Lancaster à Tom

Tom,
Excuse-moi de ne pas t'avoir répondu plus tôt. Comme tu l'as si bien deviné, ce n'est pas la forme. Papa et Maman m'entourent et me soutiennent, ainsi que ce cher Isaac. Et niveau santé, ça va. Enfin, ça va pas, mais ça va. Enfin bon, tu vois ce que je veux dire. Non ?
Bon, venons-en à l'essentiel. J'ai été très touchée de recevoir une lettre de ta part ; je ne savais pas que Gus avait un cousin. Tes mots m'ont fait du bien. Ça fait maintenant six putains longs mois que Gus est parti mort. Au début, ça a été vraiment dur. Plus de sms le matin, plus de sourire charmeur, plus de conduite hyper dangereuse, plus de promesses d'infini. Vlam, la solitude. La faute au cancer ? A nos étoiles, au destin ? La faute à tout. J'étais à la fois triste et enragée. Prête à tout casser puis envie de me rouler en boule pour disparaître. Puis, au fil des jours, des semaines,... ça s'est atténué. Bien sûr, la douleur et la solitude sont toujours là, mais je parviens à les oublier par instant. Des moments de répit, un souffle. Un instant suspendu. Comme notre folle histoire avec Gus. C'était un temps minuscule, un infini à date de péremption, mais on en a profité. On a vécu, on a aimé avant que la vie reprenne sa course à toute allure. Alors, quand ça ne va pas, je me raccroche aux bons souvenirs. Et j'espère qu'il y en aura d'autres un jour.
Sur ces mots philosophiques, Tom, je te laisse.
Hazel Grace Lancaster

3 commentaires:

  1. Chapeau ! Selon moi, défi relevé à ...hum... trois milliards de pourcents. Ca te va ? Bon, espérons que d'ici le temps que je lise Le Combat d.hiver, j'aurais oublié ta lettre, mais elle est très belle, c'est celle que j'ai le plus aimé ! Et cette phrase : «un infini à date de péremption» est parfaite !

    RépondreSupprimer
  2. Elles sont géniales tes lettres ! J'aime particulièrement celle de Hazel, je trouve que tu as super bien cerné le personnage :)

    RépondreSupprimer

Entrez dans la Ronde... n'hésitez pas à laisser un petit commentaire, je suis toujours ravie de vous lire !